De l’innovation

De l’innovation

Lorsque nous parlons d’innovation, nous la voyons surtout pour les pays développés, les pays auprès desquels cette innovation est accessible et qui peuvent la financer, car l’innovation coûte souvent chère. Elle se base sur des profits importants, sur des fortes marges, qui sont la base de notre système économique.

Ma question est de savoir comment faire bénéficier les plus démunis de cette innovation ? Ne vivons-nous pas dans un monde où tout est accessible à tous. Avec le développement de la communication, l’information, le progrès est devenu accessible à tous.

On a même vu que par l’accès à cette innovation, en l’occurrence aux réseaux sociaux, on pouvait faire tomber un régime politique.
Pourquoi ne pourrait-on faire la même chose avec des situations ô combien moins sensibles et lourdes de conséquences, pour améliorer la vie des plus démunis.
C’est parce que l’innovation est accessible à tous, qu’elle peut profiter à tous et faire changer le monde.

Pourquoi devoir absolument répliquer un modèle économique qui fonctionne dans les pays du Nord, pour les pays du Sud ? Pourquoi ne pas totalement repenser l’accès aux marchés de ces nouvelles technologies, par des modèles économiques et financiers créateurs de valeurs, mais adaptés à ces marchés et, surtout, permettant de créer de la valeur locale ? Pourquoi ne pas utiliser la créativité, la matière grise de ces populations que l’on doit inciter à participer à la création de leur propre richesse, plutôt que de les entretenir dans l’oisiveté et dans leur dépendance?

J’ai souvent entendu dire qu’il existait des pays dans lesquels, grâce au climat, toute végétation pouvait pousser et qui pouvaient subvenir à leurs propres besoins. Or ces mêmes pays importent la totalité de leurs ressources alimentaires, parce que rien n’est fait pour créer et entretenir cette compétence locale. Est-ce une raison de pouvoir ou de vouloir, je laisserai à chacun le soin de répondre à cette question ? Mais comme le disait le philosophe grec, Sénèque: « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que l’on n’y croit pas, mais c’est souvent, parce que l’on n’y croit pas, (je rajouterai que l’on ne veut pas y croire), que les choses sont difficiles ».

Je suis certain, qu’il est possible de trouver ces modèles innovants, il y en a certainement plusieurs, qui permettront alors à ces populations les plus vulnérables, d’avoir accès aux technologies du futur. Il existe déjà des exemples, que nous devons faire connaitre et développer. Démarrons petits, soyons humbles, le succès de certaines approches sera un exemple que l’on aura alors envie de partager. Ahimsa se veut un incubateur, un accélérateur, un networker, mais…avant tout un changemaker.

La solution ne viendra pas de nous, c’est peut-être pour cela que nous avons du mal à la trouver. La solution viendra du terrain, de ces entrepreneurs qui ont commencé à révolutionner leur vie, mais aussi notre monde, qui se tournera peut-être un jour vers ces modèles innovants, qui viendront aussi chez nous, casser nos propres silos.

L’objectif du prochain Ahimsa RoundTable (ART) du 15 au 17 octobre, sur l’innovation, sera de lancer cette réflexion, avec tous ces acteurs pour réfléchir de façon originale à ce grand mouvement que nous souhaitons proposer, à cette notion d’accessibilité et de création de valeurs, tout en proposant un retour d’investissement pour tous, mais surtout pour les populations locales et pour les plus démunis. Nous voulons aller chercher une nouvelle richesse dans leur pauvreté.
Ce nouvel événement sera un grand puzzle, chaque participant sera une pièce de ce puzzle. Nous chercherons à faire un tout avec chacune des pièces présentes. Si une seule devait manquer, le puzzle ne pourra exister. A nous de trouver le bon moyen de fonctionner, ce sera notre challenge…

La réussite du puzzle se fera avec toutes ces pièces assemblées, emboitées, réunies et acceptant chacune de faire partie d’un ensemble, en toute humilité, sans « ego », avec un objectif commun à tous, celui de rendre la santé accessible aux plus démunis. C’est cela créer des passerelles, c’est cela partager. S’occuper des autres c’est une belle démarche, mais le faire pour soi, pour son silo, enlève toute dynamique. Je voudrais qu’Ahimsa contribue humblement à créer ces passerelles. L’heure est venue d’échanger nos sagesses, de les partager, avec la volonté commune de faire changer le monde.

DREAMSTORMING: Comment donner forme et booster nos idées?
Cette session innovante et interactive, organisée en collaboration avec Enactus, le mardi 16 octobre, vise à identifier des partenariats innovants afin d’offrir des solutions concrètes pour commercialiser des innovations technologiques et s’assurer qu’elles bénéficieront aux populations les plus démunies.

Nous avons beaucoup de participants prestigieux qui ont accepté de jouer le jeu, en octobre prochain. Démarrons humblement et montrons qu’à une petite échelle, à notre petite échelle, nous pouvons faire bouger le monde. Ce sera ensuite à tous ces grands acteurs de la Santé Mondiale de les mettre à l’échelle et de les rendre accessibles au plus grand nombre. C’est ce que j’appelle l’effet boule de neige !! Lançons une humble initiative pour qu’une fois bien prise et bien solide, nous puissions la faire rouler et la laisser grossir. Elle pourra alors tout emporter sur son passage…

Merci pour votre confiance et votre si précieux soutien.

2018-09-04T10:33:04+00:00septembre 4th, 2018|General|