Le Mexique après le séïsme de septembre 2017

Cette visite au Mexique, en décembre 2017, avait pour objec­tif d’aller ren­con­trer sur le ter­rain les com­mu­nau­tés des régions de More­los et de Pue­bla affec­tées par le trem­ble­ment de terre du mois de sep­tembre der­nier (250 morts), et étu­dier avec World Vision Amé­rique Latine et Vision Fund Mexi­co pré­si­dé par mon ami Jorge Vivan­co, com­ment Ahim­sa Fund pou­vait par­ti­ci­per, avec eux, à cet effort de recons­truc­tion.

Au Mexique, World Vision tra­vaille pour que les enfants du pays vivent sans pau­vre­té et soient pro­té­gés. A tra­vers ce mes­sage, World Vision s’engage plei­ne­ment dans l’aide des enfants tou­chés par le séisme. Vision Fund par­ti­cipe à ces ini­tia­tives à tra­vers des pro­grammes de micro-cré­dits dans le pays,

C’est à tra­vers l’éducation des enfants que World Vision s’engage. C’est par l’Art, essen­tiel­le­ment la musique et la pein­ture que l’organisation oriente son tra­vail en prio­ri­té. Chan­ter, jouer d’un ins­tru­ment de musique sont les actions prin­ci­pales pour redon­ner à ces enfants la joie et l’espérance, pour vivre comme le disait Emma­nuel Kant, la pas­sion de leurs émo­tions.

J’ai ren­con­tré sur place des per­sonnes remar­quables, des per­sonnes enga­gées pour la cause de ces enfants, des per­sonnes qui agissent dans le silence, dans l’humilité, inco­gni­to, sans bruit, de vrais fai­seurs de bon­heur. Des per­sonnes qui par leur com­pas­sion ont lan­cé un vrai mou­ve­ment, une vague qui avance et qui ne s’arrêtera pas. Ce mou­ve­ment, je le constate à cha­cun de mes dépla­ce­ments, s’amplifie, gros­sit. Il va chan­ger le monde.

Cette vague, c’est celle de la com­pas­sion, de la sim­pli­ci­té, c’est celle du sou­rire, qui enri­chit tous ceux qui le reçoivent sans appau­vrir ceux qui le donne.

Jamais je n’oublierai ce regard, plein de larmes de Dom José, qui venu de sa cam­pagne, a déci­dé de consa­crer un moment de sa vie pour don­ner son temps à ces enfants meur­tris, pour leur appor­ter un peu de récon­fort et d’espérance.

Après ces deux jours pas­sion­nants dans l’avion qui m’amenait de Mexi­co sur Washing­ton je me deman­dais : “mais, fina­le­ment, il est où le bon­heur, il est où ?”. Je me suis assou­pi, en me disant que mal­gré leur mal­heur, tous ces gens ont un petit bout de ce bon­heur dans leur cœur, celui de la com­pas­sion, de la recon­nais­sance, de la volon­té et de l’amour du pro­chain.

On ne peut pas res­ter insen­sible à toutes ces actions, sur le ter­rain, qui si elles se retrou­vaient, si elles se répli­quaient entre elles, dans un grand élan de soli­da­ri­té, pour­raient accom­pa­gner cette vague et lui don­ner la force, d’aller encore plus vite et encore plus loin, pour se trans­for­mer en un véri­table “tsu­na­mi de l’espérance”.

Mer­ci à cha­cun de m’en avoir fait par­ta­ger le goût, à bien­tôt.
Ahim­sa revien­dra au Mexique.

 

Créa­tion d’espaces d’accueil pour les enfants par World Vision Mexi­co
Sep­tembre 2017 a sans aucun doute été l’un des mois les plus durs vécus par les Mexi­cains depuis de nom­breuses années. Deux séïsmes ont secoué le pays et affec­té des mil­liers d’enfants et leur famille dans 5 états dont 3 dont le taux de pau­vre­té est dans les plus hauts du pays.
Une fois de plus le mal­heur a frap­pé les plus dému­nis.
Face à cette urgence, World Vision a répon­du avec l’aide de plus de 300 volon­taires qui ont four­ni des tonnes de vivres, d’outils, plus de 30 géné­ra­teurs élec­triques, des kits d’hygiène, des puri­fi­ca­teurs d’eau, des mate­las etc.

WorldVision_Espacio amigable

World Vision Méxi­co a éga­le­ment orga­ni­sé des Espaces d’Accueil pro­po­sant aux enfants pro­tec­tion, sou­tien émo­tion­nel, convi­via­li­té, exa­mens médi­caux phy­siques et psy­cho­lo­giques et les accom­pa­gnant dans leur che­min de rési­lience. Chaque espace est équi­pé de jeux de socié­té, de livres, de jouets, de maté­riel pour les acti­vi­tés créa­tives etc. Un sou­tien a ain­si été appor­té à des cen­taines d’enfants dans plus de 30 centres ins­tal­lés dans les états de Chia­pas, Oaxa­ca, More­los y Cdmx  dans des com­mu­nau­tés comme celles de San Mateo del Mar, Juchitán, Tonalá, San Gre­go­rio, etc.
Chez World Vision Méxi­co, nous savons que l’urgence est la recons­truc­tion des écoles pour que les enfants puissent conti­nuer à se déve­lop­per plei­ne­ment, nous par­ti­ci­pons donc à la recons­truc­tion de 9 écoles, dans les­quelles un soin par­ti­cu­lier sera appor­té à dimi­nuer les inéga­li­tés entre les élèves.
Nous avons besoin de l’aide de tous pour éli­mi­ner les vio­lences dont sont vic­times les enfants.
World Vision Mx