TBN Impact Investment Summit à Nairobi

Durant cette visite au Kenya et ma par­ti­ci­pa­tion à la Confé­rence TBN en mars, nous avons consta­té une nou­velle fois qu’il faut don­ner davan­tage d’importance au rôle que les entre­prises et le sec­teur pri­vé peuvent avoir dans la lutte contre la pau­vre­té.

La cha­ri­té est sou­vent inef­fi­cace et entraîne beau­coup de gâchis. Il faut trans­for­mer la culture du monde des affaires en :

  • Accom­pa­gnant les entre­pre­neurs en répon­dant à ces pro­blé­ma­tiques,
  • Favo­ri­sant l’investissement à fort impact social,
  • Adap­tant les valeurs du monde des affaires,

Il est temps de rompre les bar­rières exis­tantes entre :

  • Les entre­pre­neurs et les inves­tis­seurs, en chan­geant les dyna­miques de pou­voir, en rem­pla­çant une rela­tion pure­ment tran­sac­tion­nelle par un par­te­na­riat, une col­la­bo­ra­tion réus­sie,
  • Les riches et les pauvres. Ceux qui ont pros­pe­rés, doivent trans­mettre leur savoir et encou­ra­ger l’investissement. Il faut réta­blir la digni­té, valo­ri­ser les ini­tia­tives et don­ner aux plus dému­nis les moyens de réus­sir à amé­lio­rer leurs condi­tions de vie,
  • L’international et le local. Si les chan­ge­ments de la socié­té doivent venir de l’intérieur, tous peuvent y par­ti­ci­per.

Cette approche doit ren­for­cer l’idée que « Nos dif­fé­rences sont des atouts à par­tir des­quelles nous devons bâtir notre futur, et non des contraintes der­rière les­quelles nous cacher » (Jean-Fran­çois de Lavi­son).

Visites ter­rain :

LIVEWELL
Entre­pre­neur : Liza Kimbo/Grace Kame­ro

Liza a étu­dié la ges­tion des sys­tèmes de san­té. C’est aujourd’hui une entre­pre­neuse che­vron­née dans le domaine social et sani­taire. 

Elle a notam­ment fon­dé les maga­sins « Child and Fami­ly Well­ness » au Kenya, une fran­chise four­nis­sant aux plus pauvres des ser­vices de diag­nos­tics et de phar­ma­cie à bas coût dans les milieux ruraux.Elle a ensuite lan­cé une fran­chise de cli­niques à bas coût pro­po­sant des ser­vices de qua­li­té. Ces cli­niques sont gérées par des agents cli­ni­ciens ayant prou­vé leur apti­tude à diri­ger leur propre éta­blis­se­ment.

Live­Well accom­pagne la créa­tion de nou­velle fran­chise et four­nit les sys­tèmes de ges­tion. Le réseau com­prend aujourd’hui 5 cli­niques dont deux sont diri­gées direc­te­ment. Live­Well a récem­ment acquis un hôpi­tal au ser­vice des culti­va­teurs de fleurs de Nai­va­sha et tra­vaille à son expan­sion.

MELCHIZEDEK
Entre­pre­neur : Simon Karo

Le Mel­chi­ze­dek Hos­pi­tal a été fon­dé il y a 11 ans par son diri­geant actuel et sa femme, tous deux pra­ti­ciens de san­té. Après avoir quit­té les ser­vices médi­caux de l’armée, Simon Karo a déci­dé d’ouvrir une petite cli­nique avec sa femme. Avec le temps, les besoins se sont accrus et ils ont dû s’agrandir puis démé­na­ger sur le site actuel. Quand Simon avait repris l’hôpital, il tour­nait bien en des­sous de ses capa­ci­tés.  Il a pas­sé un MBA en stra­té­gie et a conçu pour l’hôpital un plan de déve­lop­pe­ment leur per­met­tant d’être ren­table. Le choix de se concen­trer sur l’embauche de bons méde­cins a per­mis de lar­ge­ment aug­men­té le nombre de patients. L’hôpital est deve­nu connu et répu­té par­mi les patients avec des reve­nus moyens ou faibles. Il est actuel­le­ment pré­vu d’accroître les ser­vices spé­cia­li­sés comme le dépis­tage des can­cers, ain­si que le nombre de lits.

 

Concer­nant TBN et le Impact Invest­ment Sum­mit
Trans­for­ma­tio­nal Busi­ness Net­work (TBN) a été fon­dé en 2003 par Kim Tan et Stuart McGree­vy, entre­pre­neurs che­vron­nés et inves­tis­seurs dési­reux de chan­ger le para­digme du déve­lop­pe­ment de la cha­ri­té vers entre­pre­neu­riat. Depuis TBN est deve­nu un mou­ve­ment inter­na­tio­nal comp­tant sur un réseau de plus de 2000 membres à tra­vers 7 pays.
Les 15 et 16 mars 2018 à Nai­ro­bi, Kenya, plus de 200 entre­pre­neurs, inves­tis­seurs et lea­ders d’opinion se sont ras­sem­blés pour réflé­chir à com­ment répli­quer des approches busi­ness pour créer des emplois, trans­for­mer les com­mu­ni­tés et affec­ter posi­ti­ve­ment les vies des popu­la­tions les plus dému­nies en Afrique.