Ahimsa et la Jeunesse

Ahimsa et la Jeunesse

C’est un cliché de répéter que les jeunes représentent le futur, c’est autre chose de réaliser que 43 pour cent des habitants de notre planète ont moins de 25 ans. Les 1,8 milliards de jeunes, tels que classés par l’OMS, c’est à dire ayant entre 15 et 29 ans, ne sont pas seulement le futur mais surtout très concrètement le présent.

Heureusement, il y a d’innombrables exemples de jeunes gens qui, de leur propre initiative, agissent contre les défaillances dont ils sont témoins, dédiant leur temps et leur créativité à refaçonner le monde pour un meilleur futur.

De nombreux intervenants au Forum Ahimsa 2017 correspondent à cette description, dont Christian Vanizette (MakeSense), Linda Mafu (Global Fund), Richard Nijimbere (Maison Shalom) et Dylan Wilk (Human Nature), qui étaient tous très jeunes quand ils ont démarré l’aventure dont ils ont témoigné au Forum au Forum. Toutefois, ils ne pouvaient y avoir de meilleurs représentants de la jeunesse que ces huit jeunes : Omer Cimpaye, Diego Cortez, Milagros Guzman, Lauren Herzog, Marine Kerdiles, Emaline Laney, Wilma Mui et Merveille Nkurunziza.

Parmi leurs contributions, dont un émouvant échange public sur leur vision du futur avec le directeur général des Nations-Unies à Genève, Michael Moller, une série d’interviews des participants du Forum a été réalisée avec Linda Mafu, Richard Nijimbere and Dylan Wilk, mais aussi Kevin O’Brien (Handa Foundation), Mukesh Kapila (University of Manchester), Saba Al Mubaslat (Humanitarian Leadership Academy), Shamona Kandia (TransNet Foundation), Stefanie Weiland (LifeNet), Zeina Abdo (Smile for Hope), Renier Koegelenberg (EFSA Institute for Theological and Interdisciplinary Research) et Gideon Byamugisha (INERELA+). Vous pouvez retrouver ces échanges sur le site Internet d’Ahimsa Fund, ils complètent pertinemment le rapport du Forum en apportant un éclairage plus personnel sur les témoignages livrés pendant les sessions.

Nous vous rapportons ci-dessous un résumé de leur vision du futur :

Des partenariats solides entre Ahimsa et d’autres entités visant à rendre la bonne santé contagieuse, soutenus par un mouvement social de masse composé de spécialistes de la santé, spirituellement indépendants, formés aux nouvelles technologies et sensibles à l’écologie. Ces personnes seront innovantes, créatives, productives et sensibles aux challenges sociaux, aux injustices et aux inégalités.

Le monde restera néanmoins témoin de luttes, de nombreuses batailles, essentiellement des conflits d’idées liés à des valeurs opposées.
Dans cette lutte, les organisations et le réseaux réunis lors du Forum Ahimsa auront permis la création d’un écosystème d’initiatives pérennes reliant des organismes du monde entier, religieux ou non, pour prendre soin de leur communauté tant au niveau médical que spirituel ou social.

Le droit à la santé sera reconnu comme un droit fondamental, ce droit accessible à tous sans aucune discrimination devra être au coeur d’une vision humaniste globale. Les populations vivant dans des zones à faibles ressources seront enfin émancipées et indépendantes économiquement, le monde aura renoncé à la charité en faveur de synergies, d’échanges d’expériences au travers de coordinateurs et de représentants locaux accompagnant l’autonomisation des plus vulnérables.

L’investissement dans l’entrepreneuriat social ne sera plus remis en cause mais vu comme un pilier essentiel du développement durable et équitable.
Un changement fondamental va s’opérer dans lequel nous nous concentrerons davantage sur ce que nous pouvons partager que sur nos différences.

Bien sûr, atteindre cette vision est une ambition idéale qui ne se fera pas d’un coup et qui implique de nombreux sacrifices, pas seulement de temps et d’argent, mais surtout l’abandon de doléances passées. En cela, les jeunes portent une très grande responsabilité.

Dans ce contexte, il a été demandé aux personnalités interrogées – dont les histoires montrent des exemples incroyables d’abnégation et de courage face à l’adversité – quels seraient leurs conseils à la jeune génération.

Voilà un aperçu de ces conseils qui condensés s’apparentent à une sorte de codex Ahimsa :

Engagez-vous. N’attendez-pas. Assurez-vous de participer et d’être productif d’une manière ou d’une autre. Votre contribution est importante !

Exigez de savoir : c’est votre droit. Croyez en l’apprentissage. Si vous pataugez, si vous ne savez pas où est votre place, si vous n’êtes pas convaincu de l’utilité de votre vie et du chemin que vous avez choisi, bougez dans le monde et recherchez des expériences qui vous nourriront et dont vous pourrez faire profiter votre communauté.

Découvrez votre propre modèle. Posez des questions jusqu’à ce que vous soyez satisfait ; vous avez hérité du monde mais vous n’êtes pas obligé de l’accepter tel quel, de le considérer comme acquis. Soyez ouvert aux rencontres, à la constitution de communautés d’idées, pas seulement au lycée, à l’université ou en ligne. Pensez plus grand.

Soyez réalistes : vous ne serez peut-être pas aussi puissants, stables ou aisés que vos parents. Vous aurez à affronter plus de turbulences, d’incertitudes et d’instabilité.

Ne soyez pas pessimistes face aux incertitudes : trouvez de nouvelles approches !
Ne soyez pas prisonnier du passé, au contraire servez-vous en comme d’un tremplin pour le futur. Examinez l’histoire, et tirez-en les leçons mais n’oubliez pas que le futur reste une terre inexplorée.

Croyez en vous, et non en ce que l’on dit de vous ou en ce que la société souhaite que vous soyez. Recherchez l’estime et la confiance en vous et utilisez-les pour rendre le monde meilleur.

Construisez des réseaux et des alliances ; collaborez. Donnez votre point de vue : l’implication des jeunes dans la gestion, la gouvernance, la planification et l’évaluation est essentielle.

Quand, inévitablement, vous traverserez des moments difficiles, pleurez puis relevez-vous ! Ne renoncez pas, les choses s’amélioreront.

Votre communauté est une ressource de valeurs, n’hésitez pas à demander de l’aide. Ne laissez pas les obstacles vous endurcir car alors vous perdrez en humanité.

Travaillez ! Les besoins et les demandes sont nombreuses. Recherchez de bons mentors. Formez-vous autant que possible.

Si vous êtes issus des pays développés ou d’origines privilégiées, il y a toujours des demandes pour travailler dans les pays en développement; mais allez-y une fois que vous avez l’expérience et les capacités pour contribuer efficacement.

Ce sont des critères ambitieux, difficiles à atteindre, mais au fond il est facile d’en faire une règle de vie. En tant que projet pour la jeune génération, ils rendent la vision d’Ahimsa plus concrète.

Et si vous êtes amateur d’ “elevator pitch”, Dylan Wilk, a résumé finalement cette vision en exposant dans sa contribution 3 règles très simples qui, dit-il, garantissent le succès :

Premièrement, ne renoncez pas.
Deuxièmement, ne pensez même pas à renoncer.
Troisièmement, quoiqu’il arrive … ne renoncez toujours pas.

2018-01-29T12:06:24+00:00 janvier 29th, 2018|Leader|