Ahimsa Fund

Aujourd’hui les rich­es sont tou­jours plus rich­es, les pau­vres sont tou­jours plus pau­vres et l’écart se réduit trop faible­ment, mal­gré tous les efforts con­sen­tis.  En 2015, selon l’ONG Oxfam, 1 % de la pop­u­la­tion mon­di­ale pos­sède davan­tage que les 99 % restant (Davos 2016).

Je pense qu’il faut tout en gar­dant les bases  d’un parte­nar­i­at impli­quant le max­i­mum d’acteurs, repenser les mod­èles util­isés.

Nous avons besoin de cha­cun, pour faire un tout. Nous avons besoin de rassem­bler et non d’opposer les dif­férents acteurs de notre société : jeunes/plus âgés, riches/pauvres,  femmes/hommes, les reli­gions, les cul­tures.

Nous avons besoin de com­pren­dre que nos dif­férences sont des atouts à par­tir desquels nous devons bâtir notre futur, pas des raisons de s’affronter.
 

« Cha­cun peut se pré­val­oir de tous les droits et de toutes les lib­ertés sans dis­tinc­tion aucune, notam­ment de race, de couleur, de sexe, de langue, de reli­gion, d’opinion poli­tique ou de toute autre opin­ion, d’origine nationale ou sociale, de for­tune, de nais­sance ou de toute autre sit­u­a­tion ». Arti­cle 2 Déc­la­ra­tion Uni­verselle des Droits de l’Homme. 
 

J’ai passé les 35 dernières années de ma vie pro­fes­sion­nelle, à voy­ager dans le monde sur tous les con­ti­nents, pour ren­con­tr­er des gens telle­ment dif­férents de moi, mais telle­ment enrichissant,  qui m’ont ouvert les yeux.  J’ai décou­vert, Young monksque notre monde, mal­gré son con­texte dif­fi­cile, vaut la peine d’être vécu et trans­mis à nos enfants.  J’ai décou­vert que pour beau­coup de choses qui con­cer­nent l’accès à la san­té des plus dému­nis, nous avons les solu­tions, nous ne savons pas les faire partager, les faire fruc­ti­fi­er, car nous ne savons pas tra­vailler ensem­ble.

Un tra­vail d’équipe, c’est met­tre à la dis­po­si­tion d’un idéal ses com­pé­tences, son expéri­ence, son exper­tise,  au ser­vice de tous, pour faire avancer le monde. Ce n’est pas garder pour soi, les « tal­ents » que l’on a eu la chance de recevoir. C’est ce tra­vail en « silo » que nous devons com­bat­tre.  Ahim­sa Fund pro­pose de dévelop­per, à tra­vers de nou­veaux mod­èles, de nou­veaux incu­ba­teurs, un nou­veau lead­er­ship, des forums d’échanges et de ren­con­tres, où cha­cun gag­n­era au con­tact de l’autre et cha­cun pour­ra alors con­tribuer à chang­er le monde.

Jean-François de Lav­i­son

 

Mod­ele Ahim­sa Fund

 

Ahim­sa Fund souhaite con­tribuer au développe­ment, en pro­posant aux pop­u­la­tions défa­vorisées des ini­tia­tives inno­vantes dans le domaine de la san­té, qui répon­dent à des objec­tifs défi­nis, réal­istes, mesurables et duplic­a­bles tout en impli­quant au max­i­mum les pop­u­la­tions locales.

Télécharg­er 20160603_Ahimsa_FR-FINAL.pdf (PDF, 2.2MB)